Page suivante Page précédente Table des matières

4. Un peu de théorie

Le mot magique est DISPLAY (unité d'affichage). Dans le système X Window, une unité d'affichage est constituée (en simplifiant) d'un clavier, d'un mulot et d'un écran. Une unité d'affichage est gérée par un programme serveur, plus connu sous le nom de serveur X. Le serveur fournit des fonctionnalités d'affichage aux autres programmes qui se connectent à lui.

Une unité d'affichage est identifiée par un nom, de type, par exemple :

Un nom d'unité d'affichage est constitué d'un nom d'hôte (par exemple : light.uni.verse et localhost), du signe deux point (:), et d'un numéro de séquence (tels que 0 et 4). Le nom d'hôte de l'unité d'affichage est le nom de l'ordinateur sur lequel tourne le serveur X. Si le nom de l'hôte est omis, cela signifie qu'il s'agit de l'ordinateur local. D'habitude, le numéro de séquence est 0 – cela peut changer s'il y a plusieurs unités d'affichage connectées sur le même ordinateur.

Si jamais il vous arrive de voir le nom d'une unité d'affichage avec un .n supplémentaire accolé à son nom, c'est qu'il s'agit d'un numéro d'écran. Une unité d'affichage peut, en théorie, avoir plusieurs écrans. Cependant, d'habitude, il n'y en a qu'un, qui porte le numéro n=0, et c'est le numéro par défaut.

D'autres formes de DISPLAY existent, mais celle-ci suffira pour notre propos.

Pour celui qui est curieux de technique :


Page suivante Page précédente Table des matières